top of page

Revue mensuelle - Mars 2023



Commentaire sur les titres à revenu fixe

James Dutkiewicz, CFA, vice-président principal et chef des titres à revenu fixe Gestion mondiale d’actifs CI


La bataille entre le ralentissement de l’activité économique globale et l’inflation tenace continue de faire rage dans la plupart des régions du monde. Les banques centrales de ces régions ont fortement augmenté les taux à court terme au cours de la dernière année. En général, les résultats ont été positifs, car l’inflation globale a chuté et les secteurs de l’économie sensibles aux taux d’intérêt sont en baisse. Cependant, la résilience de l’économie dans son ensemble a amené les décideurs à rester mobilisés et vigilants.


Plus précisément, au Canada, l’augmentation de la création d’emplois reste trop forte pour permettre une baisse significative de l’augmentation des salaires. La tendance à la hausse du revenu des ménages a contrecarré les efforts de la Banque du Canada pour créer un fort mouvement descendant de l’inflation de base. La Banque a ramené les taux du financement à un jour à 4,5 % et a indiqué préférer faire une pause afin d’évaluer les impacts tardifs de son cycle de resserrement des taux. Le secteur des ménages surendettés pesait sur l’esprit des décideurs et est la principale raison de la différence des taux entre le Canada et les États-Unis.


Aux États-Unis, la Réserve fédérale est susceptible d’augmenter les taux d’au moins 50 points de base au début de 2023. La consommation des services, les marchés du travail serrés, les bonnes dépenses en capital et les marchés locatifs solides se sont combinés pour maintenir l’inflation de base bien au-dessus du niveau que la Réserve fédérale juge confortable. D’autres hausses sont donc à prévoir.


En Europe, les subventions gouvernementales ont quelque peu protégé le consommateur contre une augmentation forte des prix de l’énergie à ce jour. Par conséquent, au fur et à mesure que les plafonds de prix sont relevés, cela ajoutera à l’inflation globale des consommateurs. La Banque centrale européenne a commencé son cycle de hausse beaucoup plus tard que ses homologues mondiaux et a encore au moins 100 points de base de plus à faire au cours du premier semestre de cette année.


Au Royaume-Uni, une combinaison de problèmes persistants liés au BREXIT, d’un faible approvisionnement en main-d’œuvre et du niveau de grève le plus élevé en 40 ans a grandement réduit le potentiel de croissance du pays. Ainsi, le risque d’un cercle vicieux entre les augmentations de salaire et l’inflation est très élevé en Angleterre. La Banque d’Angleterre a indiqué qu’elle est près d’un plateau des taux à court terme, mais les marchés ont anticipé encore 75 à 100 points de base de hausse supplémentaire.


Un nouveau gouverneur de la Banque du Japon commence son mandat en avril. La Banque du Japon a mis en place une politique monétaire très assouplie au cours des sept dernières années. Actuellement, la Banque du Japon plafonne les rendements sur 10 ans à 0,5 % (après avoir augmenté ce plafond de 0,25 % en décembre 2022). Cela s’appelle le contrôle de la courbe de rendement et il est devenu intenable, car la Banque du Japon dépense d’énormes sommes d’argent pour maintenir les rendements sur 10 ans sous 0,5 %. On s’attend fortement à ce que le nouveau gouverneur mette fin au contrôle de la courbe de rendement, ce qui entraînerait des changements majeurs dans les flux de capitaux à l’échelle mondiale. Les fonds de capitaux étrangers qui ignoraient les obligations japonaises depuis des années réajusteront leurs stratégies, et les fonds de capitaux japonais chercheront à rapatrier une partie de leurs avoirs en obligations étrangères.


Notre point de vue sur le crédit est quelque peu prudent et nous gérons ce secteur de manière plus tactique. Le contexte technique est bon pour le crédit. La dynamique de l’offre et de la demande est en équilibre et devrait le rester. Les rendements tout compris des obligations de qualité supérieure et des obligations à rendement élevé sont à des niveaux attrayants sur une base ajustée au risque. Notre préoccupation découle de la baisse des fondamentaux qui devrait selon nous s’accumuler tout au long de 2023. Au fur et à mesure que l’activité économique diminue, les bénéfices et la génération de flux de trésorerie s’affaiblissent et les mesures de crédit en souffrent. Pour le moment, nous pensons être raisonnablement compensés pour ce risque, mais nous avons l’intention de vendre dans tout rétrécissement important des écarts. C’est exactement ce que nous avons fait au début de janvier, tandis que nous avons réduit certaines obligations émises dans le secteur financier.


Rendements des indices boursiers au 31 mars 2023

« Les indices boursiers sont émotifs à court terme et rationnels à long terme !»

- La patience


Taux du marché au 31 mars 2023


Les dernières données économiques de février 2023


Visionner et Relire

📺 Capsule informative (Les 3 valeurs démystifiées) en cliquant ici

📖 Revue mensuelle de Février 2023 en cliquant ici


Budget fédéral 2023

2023_budgetfederal
.pdf
Télécharger PDF • 366KB

Notre prochaine revue mensuelle sera disponible

dans la semaine du 1er mai 2023.

Merci, nous vous souhaitons une excellente journée !



Vincent Després ∞ B.A.A.

Conseiller en placement et Gestionnaire de placements agréé CIM®

auprès de Gestion de Capital Assante ltée

Conseiller en sécurité financière

auprès de Services de succession et d’assurances Assante inc.



Cellulaire : 450-708-0786 Téléphone : 450-250-0722



Nos engagements :

Accroître & Protéger votre richesse

Optimiser votre fiscalité

Réduire vos coûts



Sources :

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page